Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Découvrir Pontoise

Publié le par CQVJLM

Au détour de la rue Alexandre Prachay, vous découvrirez la place de la Harengerie. Comme dans un voyage dans le temps, on se croirait dans le Paris des années 1900 (et en particulier dans le quartier de Belleville) avec ses vieux pavés, son bistrot "Au canon de Belleville" et son marchand de peaux.
IM002172.JPG
IM002245.JPGIM002168.JPGvins.JPG
Cette place est devenu au fil du temps, le lieu de tournage de nombreux films. Deux exemples fameux parmi tant d'autres : "Le triporteur de Belleville" avec Lorànt Deutsch dont vous voyez ci-dessous l'affiche et une photo (à ne pas confondre avec le très bon dessin animé "La triplette de Belleville").
affiche.jpg
undefinedDernièrement, le tournage de "La môme" s'est également arrêté sur cette place. Vous reconnaîtrez l'endroit dans les deux photos ci-dessous issues du film.
lam--me1.png

lam--me2.png
affiche-laMome.jpg

Un peu d'histoire avec le panneau explicatif : la place servait autrefois à la vente du hareng (d'où le nom).
histoire.JPG 
"Pour les jours maigres, il y a une très belle poissenerie qu'on appelle la Harengerie, lieu fait en triangle, (...) où on vend poisson de mer frais et salé". Ainsi le frère Taillepied décrivait-il la place établie au XVIe siècle, où le poisson de mer venu de la Manche était acheminé par Gisors et la "chaucié" de Pontoise."

IM002241.JPG
On monte quelques marches, et on se retrouve dans la rue piétonière le samedi matin où il y a un marché très agréable allant de l'Hotel de Ville à la Cathédrale Saint Maclou.
IM002244.JPG

IM002165.JPG
Bonne découverte !

Publié dans découverte

Partager cet article

Le fruit de l'érable

Publié le par CQVJLM

Au mois de mai, on trouve beaucoup d' "hélicoptères" avec lesquels les enfants peuvent jouer :
feuille4.JPG
Il s'agit en fait du fruit de l'érable que l'on appelle la "samare". Ce fruit est composé de deux petites ailes appelées "akènes", chacune contenant une graine. Vous saurez tout sur la samare de l'érable sur le site de l'université Pierre et Marie Curie, rayon biologie végétale : cliquez ici.
Les enfants ont également un autre jeu avec la samare :

IM002258.JPG






Séparez les deux ailes,









IM002259.JPG






Ouvrez la graine









IM002260.JPG





et appliquez sur le nez !










nez1.jpg









et on peut même en mettre plusieurs. Il faut que le fruit soit encore vert pour que cela colle !

Publié dans nature

Partager cet article

Les couleurs de Jouy

Publié le par CQVJLM

Au mois de mars, les forsythias étaient en fleurs et Jouy était en jaune :
forsythia1.jpg
il se cultive en haie,
forsythia2.jpg
en arbuste,
forsythia3.jpg
ou en boule...
forsythia4.jpg
Cette plante est toujours très belle.
En avril, c'était le tour des cerisiers : c'est la période blanche et rose !
cerisier1.JPG
cerisier2.JPG
Les cerisiers blancs à fleurs simples feront des fruits...
acacia4.JPG
alors que ceux à fleurs doubles sont des cerisiers japonais d'ornement qui ne donneront aucun fruit.
acacia2.JPG
On peut y observer mille et une nuances de couleurs entre le blanc et le rose.
acacia3.JPG
un peu de recul...
acacia1.JPG
et voici l'arbre en entier.
Pour en savoir plus sur les cerisiers : http://www.lesarbres.fr/fiche-cerisier.php
Maintenant, c'est au tour des marroniers de faire des fleurs, blanches et discètes...

Publié dans nature

Partager cet article

Le gui de Jouy-le-Moutier !

Publié le par CQVJLM

Au détour des rues de la ville, on peut voir dans certains arbres ces boules végétales (ici, autour du rond-point de la Croix St Jacques).
IM001849.JPG
On peut se demander ce que c'est et penser à des nids d'oiseaux !
IM001852.JPG
Mais il n'en est rien : il s'agit du gui. Oui, le gui, coupé au temps des gaulois avec une serpe d'or par des druides vêtus de blanc !
IM001854.JPG
Si s'embrasser sous le gui est devenu un symbole d'amour et de pardon, ce serait d'après une légende scandinave : le dieu soleil Baldut, supposé invulnérable, aurait été tué par une flèche de gui par le démon Loki. La mère du dieu soleil, Preyla, implora alors les autres dieux pour qu'il revienne à la vie, promettant d'embrasser quiconque passerait sous le gui.
IM001859.JPG
Cette plante étrange, appelée "Viscum album" (du latin visqueux et blanc comme le fruit), est en fait un parasite dont les graines sont propagées d'arbres en arbres par les oiseaux. Au printemps, la graine collée à l'arbre germe et développe un cône de fixation qui traverse l'écorce et sert de suçoir. Toutefois cette plante produit sa chlorophylle et ses propres sucres. On appelle ça un hémiparasite (elle n'est pas complètement mauvaise !).IM001860.JPG
Considéré comme un fléau par les exploitants forestiers car il affaiblie l'arbre et peut le faire périr, le gui a aussi des vertues médicinales. Au XVIIème siècle, les herboristes prescrivaient le gui contre l'épilepsie, les désordres nerveux et la digestion. Au XIXème siècle, il entrait dans la composition de remèdes contre la coqueluche. La viscine, substance contenue dans le fruit blanc du gui,s'avère bénéfique, à faible dose, contre l'hypertension et les maladies cardiaques. Par contre, à forte dose, elle devient un poison. Cette substance ferait l'objet, encore aujourd'hui, de recherches scientifiques et n'a pas fini de nous étonner.
IM001861.JPG
En attendant, continuons de nous embrasser dessous !

Pour connaître d'autres légendes et avoir plus d'informations sur cette plante magique, consultez le très bon site de l'agrobiosciences de la région Midi-Pyrénées http://www.agrobiosciences.org/article.php3?id_article=1251 et l'excellent site de la ville de Montréal, "le carnet du curieux", carnet horticole et botanique :  http://www2.ville.montreal.qc.ca/jardin/info_verte/gui/gui.htm

Publié dans nature

Partager cet article

L'Abbaye de Royaumont

Publié le par CQVJLM

Vous trouverez sur le blog de Cergyrama un article sur l'abbaye de Royaumont :
http://www.cergyrama.com/article-4125357.html
Cette abbaye est magnifique et se trouve dans le Val d'Oise, non loin d'Asnières sur Oise, à la lisière de la forêt de Chantilly.

La rivière qui y coule a été organisée en canaux par les moines cisterciens. En faisant passer l'un d'eux sous l'abbaye et en particulier sous les latrines et les cuisines, ils avaient mis en place un système de tout-à-l'égout dès le XIIIème siècle ! (Qu'ils auraient pu améliorer car la rivière passait d'abord sous les latrines, puis sous les cuisines !).
Cette abbaye se visite tout les jours de l'année (accès payant http://www.royaumont.com/fondation_abbaye/l_abbaye.6.0.html) et, outre son parc fort agréable, vous pourrez y voir beaucoup de choses très interressantes.
Ci-dessous, le cloître :

Un jardin d'inspiration médiéval, fait à partir des écrits d'Hildegarde Von Bingen :
La clé de voûte du choeur de l'église, retrouvée intacte.

Vous y verrez également quelques belles statues :

des dalles d'époque...

... et le hasard fait que l'on y aperçoit parfois quelques habitants des temps lointains...

Publié dans découverte

Partager cet article

L'église de Jouy-le-Moutier - partie 1

Publié le par CQVJLM

L'église de Jouy-le-Moutier s'appelle Notre-Dame-de-la-Visitation-Saint-Leu-et-Saint-Gilles. On peut y découvrir beaucoup de choses. C'est pourquoi nous avons demandé au groupe paroissial de l'Hautil de pouvoir prendre quelques photos. 
Nous les remercions au passage de nous en avoir ouvert les portes (http://hautilparoisses.free.fr ). Ceci n'est d'ailleurs qu'un premier article car  ce serait un peu trop long en une seule fois.

une gargouille

 

Tout d'abord son clocher du 12ème siècle, "un clocher de type roman percé de baies géminées sur 2 étages et surmonté d'une flèche octogonale cantonnée de 4 clochetons coniques"; on comprend mieux en le voyant :

"une façade ouest du 12ème siècle"

"un porche du 16ème siècle avec portail à baies jumelles"

et en particulier cette porte :
où trois têtes observent les passants !
Entrons à l'intérieur !
"La nef 16ème à 3 travées"

"avec, au-dessus des arcades, une galerie bordée d'une balustrade flamboyante"

"Le choeur 13ème à chevet plat voûté d'ogives et entouré d'un triforium à arcatures" (en clair : avec un balcon à arcades).
Et quelques détails du fond du choeur :


Nous trouvons dans l'église une peinture à l'huile de 1646, ex-voto (en conséquence d'un voeu) représentant sainte Thérèse intercédant pour la naissance du Dauphin à Jouy-le-Moutier.
Historique : Anciennement décrit comme le voeu de Blanche de Castille et Saint Louis en costumes Louis XIII.

Inscription au-dessus du cadre : "Blanche voué à la Ste Vierge St Louis son fils à Maubuisson".
Inscription en-dessous du cadre : "Mon fils j'aimerais mieux vous voir mort que de vous voir commettre un péché mortel".

Une statue de la Vierge à l'enfant (où elle l'allaite, ce qui est plutôt rare).

Quelques vitraux :



Ce dernier faisant des jeux de lumières dans l'église :

Un ange :

Enfin, quelques bancs anciens :

Où l'on peut lire, en y regardant de plus près, que certaines places étaient à louer :

Sans oublier le chemin de croix (en quatorze peinture) fait en 1930 par Henri Marret et restauré en 2003 dont vous trouverez les photos (avant restauration) sur le site http://hautilparoisses.free.fr/chemincroixjouy.htm

De nombreuses autres statues et une relique sont encore à voir, donc n'hésitez pas à aller la visiter lors de la journée du patrimoine (dimanche 17 septembre), où une visite commentée vous sera faite (http://www.jouylemoutier.fr/content/heading400205/content3134030.html)

Publié dans découverte

Partager cet article

Des vaches Salers dans le Vexin !

Publié le par CQVJLM

Les vaches Salers sont une race de vache très ancienne originaire du massif central; Mais on peut en croiser dans le Vexin !

A côté du domaine de Villarceaux, la ferme biologique "la Bergerie" en élève plus de 150 têtes.
D'un côté les garçons :

de l'autre, les filles et les marmots :

La Bergerie est le point de départ de quelques belles randonnées pédestres,

jusqu'au domaine de Villarceaux :

Je crois que c'est l'heure de la sieste pour les Salers...

Pour plus d'inforamtions sur la Bergerie : http://www.labergerie-villarceaux.net
et sur les Salers : http://www.salers.org dont la légende sur leur origine : http://www.salers.org/rub2/origines.php

Publié dans nature

Partager cet article

A la recherche du menhir

Publié le par CQVJLM

Le menhir de Jouy-le-Moutier est perdu dans les broussailles à la limite de la commune et de Vauréal.
Pour y arriver à pieds, on peut commencer par le Chemin des Miettes


qui passe dans le haut du village, prolongé par l'ancienne voie de chemin de fer...jusqu'à la rue des Doucerons (à gauche).


Où une belle vigne pousse dès le début de la rue (protégée par un filet au premier plan) :

On poursuit jusqu'à un embranchement et on prend à gauche... ouf ! ça grimpe !

On rejoint alors Vauréal et une des entrées du bois des Loctaines et son parcours sportif :

En face de cette entrée, un sentier s'enfonce dans les brousailles.

On le suit quelques mètres...

jusqu'à un arbre bien particulier :

Là, on prend le sentier sur la droite; et ô surprise ...

Voilà le fameux menhir; "la Grande Pierre", classée monument historique depuis 1976, est couchée dans l'herbe.

D'une bonne taille (plus de 3 m de hauteur pour 2 de large et 50 cm d'épaisseur), cette pierre daterait du néolithique (entre 4 500 et 1 800 avant JC !)A ce propos, une légende raconte que ces pierres servaient de jeux à un géant nommé Gargantua :

"Un jour qu'il se trouvait avec deux géants de ses amis, Courte-Echine et Fine-Oreille, sur la montagne de l'Hautil au-dessus de Chanteloup, il leur proposa une partie de palet dont l'enjeu serait une colossale friture que l'on irait consommer à Cergy.
Il fut convenu que celui dont le palet se rapprocherait le plus de cet endroit serait le gagnant.
A cette époque, le plateau de l'Hautil était couvert de dalles en grès d'une dimension considérable.
La partie commença :
Courte-Echine se baissant ramassa un bloc énorme qu'il jeta négligemment devant lui; soit qu'il n'eût pas assez d'élan, soit que la force lui manquât, son palet alla tomber dans la Seine, en face d'Andrézy, dont il obtura le cours pendant de longues années.
Fine-Oreille à son tour lança un roc qui, après s'être élevé à une hauteur prodigieuse, s'abattit dans les environs de Jouy-le-Moutier où on le voit encore.
Gargantua ramassa une dalle longue et large, mais peu épaisse, et la lança devant lui sans nul effort; elle alla se ficher en terre à Gency, où on l'appelle le Palet de Gargantua."

Cette légende est issue du site http://www.rassat.com/croyances/monuments.html où vous pourrez trouver des chansons, légendes et contes anciens.

Publié dans découverte

Partager cet article

Cueillette gourmande

Publié le par CQVJLM

C'est la saison de la cueillette; en ce moment, on peut trouver des mirabelles :

jaunes comme ci-dessus, ou rouges...

quelques prunes également,

mais c'est également la saison des mûres :

pour les noix et les noisettes, il faudra attendre encore un peu...

Voici quelques adresses, pour les prunes et les mirabelles : rue du Boilé, avenue des Saules Brûlés; pour les mûres, il faut sortir de Jouy-le Moutier : rue de Choisy à Maurecourt (en prolongement de la rue de l'Oise); pour de délicieuses confitures et tartes ! A vos fourneaux !

Publié dans nature

Partager cet article

Le lavoir de Jouy-la-Fontaine

Publié le par CQVJLM

Ce lavoir est situé au village de Jouy-le-Moutier, à la limite de Vauréal, rue des Blanchards.

De facture relativement identique à celui de Vincourt (dont je vous parlerai bientôt), celui-ci est plus petit mais contient une surprise...

Si l'on s'approche un peu, l'eau est claire, on entend le clapotis de l'eau qui s'écoule. On s'y sent bien et une certaine sérénité y règne.

Pourtant, si l'on y regarde de plus près, on peut apercevoir quelque chose qui dépasse, cachée dans une cavité du bassin...

Et oui, cette tortue de bonne taille (à peu près 20 cm) vit là, qui sait depuis quand ?

Pour la plus grande joie des petits, mais avec précaution, on peut l'attrapper et si l'on ne fait ni bruit ni geste brusque, elle sort de sa coquille...
Mais elle n'a qu'une hâte : retourner dans l'eau...

...et retrouver sa cachette.

Publié dans découverte

Partager cet article

1 2 > >>